Vie pratique

Comment devient-on interprète de conférence ?

Devenir un interprète de conférence nécessite du temps, de la pratique et surtout de la disponibilité. Au-delà des études pour décrocher une licence ou un master en interprétation, il faut également penser à enrichir sa culture générale et être à l’affût des nouvelles tous les jours.

Le métier d’interprète de conférence

Culminant au sommet de la pyramide des métiers des langues, la carrière d’interprète de conférence est de loin celle où tout le monde veut exceller. En effet, être interprète ne se limite pas seulement à la maîtrise de deux ou plusieurs langues. C’est beaucoup plus complexe. Avant chacune de ses interventions, un interprète de conférence doit avoir acquis suffisamment de vocabulaire technique pour mieux comprendre les enjeux de la mission de traduction orale. Effectivement, l’interprétariat est différent du métier de traduction. Par ailleurs, pour être un professionnel de l’interprétation comme l’interprète de conférence Cyril Belange, on doit savoir faire la différence entre l’interprétation simultanée et l’interprétation consécutive. Passer de l’une à l’autre doit être un jeu d’enfant pour un expert en la matière.

Le déroulement d’une mission d’interprète en conférence

La conférence implique l’intervention d’une personne qui parle dans une langue parfois incomprise ou non maîtriser par une partie de l’auditoire. D’où la nécessité de la présence d’une interprète sur les lieux afin de restituer ses propos après sa prise de parole. Durant la conférence, l’interprète est installé dans une cabine isolée du bruit extérieur. Il traduit ensuite les mots de l’orateur au fil de ses interventions. Cette méthode ressemble de près à l’interprétation de liaison qui consiste à pratiquer la traduction dans le cadre d’échanges entre participants d’un groupe restreint. L’interprétation de conférence est donc de plus grande envergure. Dans les deux cas, l’interprétation est complexe et exige de la concentration de la part de l’interprète afin de traduire verbalement ce qui dit l’orateur.

Les compétences requises pour devenir un interprète de conférence

Devenir un interprète de conférence nécessite de maîtriser parfaitement sa langue maternelle et deux autres langues étrangères au minimum. Le prétendant au poste d’interprète doit également être cultivé et avide de nouveautés, resté informé sur les actualités et se spécialiser s’il le faut. A ce titre, de nombreux interprètes choisissent une spécialisation technique, juridique ou scientifique pour se démarquer sur le marché du travail de l’interprétariat.

Le parcours académique attendu

Les formations en interprétation et en traduction délivrent généralement des diplômes Bac + 4. C’est un métier requérant également des compétences techniques et linguistiques de haut niveau. Une forte capacité d’analyse et de synthèse est également requise, sans oublier un bon bagage culturel. Les licences professionnelles en interprétation et en traduction sont rares. Cependant, il existe des formations en rédaction technique bilingue dispensées par certains établissements. Aujourd’hui, environ une vingtaine d’universités proposent le cycle Master dans les pays comme la France.

Les atouts non négligeables pour devenir interprète de haut niveau

Le métier d’interprète de conférence suppose de nombreux déplacements et donc une grande disponibilité. En effet, être interprète amène souvent à voyager avec son client pour des réunions, des entrevues entre chefs d’Etats, des conférences et des négociations commerciales. Les débouchés sont nombreux. On peut effectivement travailler pour des organismes internationaux qui utilisent des linguistes professionnels pour ne mentionner que l’UNESCO, l’OTAN, ou l’UNICEF. Ce qui n’empêche pas d’investir dans une carrière dans le privé au sein d’entreprises et de multinationales d’envergure.