Naissance de l’agriculture biologique

L’alimentation biologique n’a cessé de créer des passions au fil du temps. Si en 2017, les consommateurs peuvent se nourrir sans effet néfaste pour leur santé, c’est en partie grâce à des hommes et des femmes engagés pour cette noble cause.

Les pionniers de l’agriculture Bio :

 

  • 1838 : Justus Von Liebig.
  • 1861 : Rudolf Steiner agriculture biodynamique.
  • 1873 : Albert Howard botaniste « la nature est le jardinier et le fermier suprême ».
  • 1895 : Henri Charles Geffroy : fait naître « la vie claire ».
  • 1913 : Masanobu Fukuoka agriculture naturelle « pas de labourage, pas de taille, pas de pesticides ».
  • 1936 : Jean Boucher : fondateur du groupement des agriculteurs biologiques de l’ouest.
  • 1954 : Michel Rémy : conférencier et écrivain « nous avons brûlé la terre ».

Dans les années de la première guerre, les agriculteurs ne disposaient pas encore de l’armée de pesticides que l’on connaît en 2014. Leur préférence pour traiter leurs cultures allait vers la bouillie bordelaise. Le recyclage était apprécié. Le paillage servait aux cultures, on appréciait de composter, le maître-mot était l’économie, rien ne se perd, tout se transforme. Le fumier des animaux de la ferme était utilisé comme engrais naturel. Tous les animaux avaient un rôle dans l’agriculture des années passées. Après la guerre, la France crie famine. Le gouvernement demande aux exploitants de fournir en grande quantité. L’idée d’employer des engrais chimiques vient de Liebig. Forcer la nature à produire et rentabiliser devint de plus en plus prenant. Cette époque bannit les champs en friche ainsi que le repos de la terre.

En 1914 un médecin s’intéressa de très près au pouvoir fabuleux du magnésium. Il étudia la façon de s’alimenter le plus naturellement possible et un lien précis de cause à effet : une résistance spontanée aux virus. D’autres métiers se passionnent déjà pour l’utilisation de céréales naturelles et du résultat au bout de la chaîne. Des boulangers amoureux de leur art furent des pionniers dans cette dynamique. Le pain au levain naturel et la culture biologique allaient voir le jour en 1930 grâce à Raoul Lemaire biologiste. Ce passionné entra en guerre contre toute forme de pollution alimentaire. Il n’hésitât pas à voyager dans toute la France pour informer les consommateurs du danger des engrais chimiques. Des groupes importants de personnes rallièrent le mouvement de Monsieur Lemaire. La société Lemaire et Phytovet poursuivent encore aujourd’hui l’œuvre de ce visionnaire.    En découvrir plus

Je deviens ECO – L’eau

L’eau constitue notre ressource la plus vitale, or on constate beaucoup trop de gaspillage alors qu’elle n’est pas inépuisable. Si on continue à surconsommer, on va manquer d’eau dans les décennies à venir, le niveau de la mer baissant continuellement. La pollution de l’eau n’arrange pas les choses et quand on voit le nombre terrifiant d’habitants qui n’ont pas accès à cette ressource naturelle, on ne peut que se sentir coupable.
On se dit souvent que si les autres ne font rien, pourquoi on ferait quelque chose ? Ou alors qu’il y a tellement de gens qui ne respectent pas la planète que notre apport personnel ne changera rien. C’est le discours de beaucoup trop de gens. On ne mesure pas son propre impact et c’est bien ça le problème ! En découvrir plus

36 litres d’eau de gâché lorsque vous vous brossez les dents !

C’est la quantité d’eau qui s’écoule de votre robinet si vous le laissez ouvert durant 3 minutes ! On ne s’en rend pas forcément compte : c’est l’équivalent de 36 bouteilles d’eau de 1 litre chacune. Un sacré gâchis. Pensez donc à fermer votre robinet lorsque vous vous lavez les mains ou brossez les dents, vous économiserez ainsi entre 2 et 10 m3 d’eau par personne et par an. On ne vous le répètera jamais assez : l’eau est une ressource vitale alors chaque geste compte. Pensez-y.

Donc faites attention quand vous mettez votre dentifrice sur votre brosse à dents !! coupez le robinet …

DÉCHETS, LA RÈGLE DES 3 R

Pour lutter activement contre la surproduction de déchets, une règle d’or s’impose, la règle des 3 R : Réduire, Réutiliser et Recycler. Sachant qu’un Français produit en moyenne 450 kg de déchets par an, il est important d’agir pour diminuer notre empreinte écologique et valoriser nos déchets. En choisissant des matériaux recyclables non polluants et des produits à l’emballage limité, il est facile de réduire sa production de déchets. Évitez au maximum les produits jetables (vaisselle en carton – c’est d’actualité -, lingettes, appareils photo…) ainsi que l’utilisation de sacs plastiques, pas forcément biodégradables. Certains “vivent” même jusqu’à quatre siècles ! Préférez donc des sacs à provisions ou des caddies pour les courses. En découvrir plus

AIMEZ VOTRE PROCHAIN, CONDUISEZ-LE

Les transports pour se rendre au travail ou effectuer un trajet ponctuel s’avèrent de plus en plus coûteux par les temps qui courent, hausse du prix du pétrole oblige. Un moyen simple, économique, écologique et efficace consiste à faire du covoiturage.

Si chacun utilise sa voiture pour des trajets quotidiens, il ne faudra pas s’étonner d’avoir des embouteillages monstres tous les jours, ni de voir la pollution de la planète grandir, et encore moins de voir sa facture d’essence bondir et écraser son budget. Pour y remédier, le covoiturage est parfait, on prend en voiture plusieurs personnes, et donc : En découvrir plus

ÉLECTROMENAGER : L’ÉTIQUETTE ENERGIE

Bien choisir son électroménager, c’est d’abord penser à la planète. On le sait, la consommation d’énergie au sein des ménages est omniprésente et très coûteuse. Four, machine à laver, réfrigérateur, lave vaisselle, autant d’appareils ménagers quotidiennement utilisés et qui sont de véritables gouffres d’énergie. Créé en 1994, le label énergie propose une classification des appareils électriques en fonction de leur consommation énergétique. Explications.

Tout d’abord, sachez-le, l’étiquette « label énergie » est doit être obligatoirement apposée sur tous les appareils électroménagers proposés à la vente : réfrigérateur, congélateur, lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge et ampoule. Ainsi, elle permet d’informer l’utilisateur sur les caractéristiques énergétiques de chaque appareil, de pouvoir les comparer et donc, de réduire son impact écologique et économique ! En découvrir plus

De l’ECO GESTES à la mer pour être responsable pendant des vacances

Ca y’est, les vacances arrivent à grandes enjambées. On touche presque du doigt la farniente et la détente, mais pas question de laisser à la maison notre attitude écocitoyenne ! Elle voyage avec nous, quelque soit la destination et comme 2/3 d’entres vous ont choisi de migrer vers le soleil et la mer, voici les ecogestes essentiels qu’il est nécessaire d’adopter.

Qui dit plage dit inévitablement monde. Entre les pique-niques à l’heure du déjeuner et la mauvaise conduite de certains -voire même beaucoup-, on se retrouve chaque année avec des plages et des côtes souillées par la pollution massive, une pollution 100% HUMAINE. L’état critique de l’environnement n’est pourtant pas un secret et préserver notre environnement résulte de l’application de quelques règles simples. En découvrir plus

LA CREME SOLAIRE BIO ET ECOLO

Chaque été, on les redoute : les coups de soleil ! On pense souvent être assez résistant, que ça ne nous touchera pas etc. Erreur ! On est tous sous la menace des rougeurs sur la peau, des douleurs, de peler… Alors pour prendre soin de votre peau et éviter tous ces désagréments, votre indispensable partenaire reste la crème solaire !

Sauf qu’il y a un hic, les cosmétiques sont depuis peu la cible des études de santé publique, et on peut dire que les résultats ne sont pas fameux. Nos produits cosmétiques contiennent des substances toxiques avec des effets très néfastes sur notre santé à long terme, sans parler des conséquences des produits chimiques sur notre environnement ! Sachez que la plupart des crèmes solaires contiennent un filtre chimique ou de synthèse qui détruit les micro-algues. Seulement voilà, celles-ci sont indispensables à la vie des coraux, qui en leur absence meurent. D’ailleurs, ce filtre chimique poursuit sa route, après la baignade sous la douche, dans le réseau d’eau potable, en sachant qu’on a un mal fou à éliminer ces résidus. Même les poissons sont touchés en ingérant des résidus de crème solaire, et cela se répercute directement dans nos assiettes ! En découvrir plus

Dégivrer son congélateur pour faire des économies

4 cm de givre dans votre congélateur ou dans votre freezer double votre consommation d’énergie !

Pour éviter cela, pensez à le dégivrer régulièrement, vous ferez un geste pour la planète et votre porte monnaie, mais aussi pour votre santé.

Et oui, les bactéries sont d’autant plus présentes dans ce type d’habitacle et vos aliments risqueraient d’en être infectés. Pensez à le faire environ tous les 3 mois : une casserole d’eau chaude à l’intérieur, après avoir débranché votre appareil, refermez la porte, et laissez les choses se faire.

Qui a parlé de corvée ? ….

LES ECOGESTES EN VILLE

Maison, jardin, en vacances, l’écocitoyenneté, c’est l’affaire de tous les jours et de tous les lieux, et d’autant plus à l’extérieur. Parce que les bonnes manières se transmettent, s’inculquent, il est du devoir de chacun de montrer le bon exemple, celui à suivre. Bon sens et savoir-vivre sont donc de rigueur quand vous êtes dans la rue. Tour d’horizon des ecogestes à adopter.

En ville, les gaz d’échappement des voitures sont la cause numéro un de la pollution, alors pas la peine d’en rajouter ! Certains se disent « Un papier de plus ou de moins par terre, on le remarquera même pas ». Et bien si, on le remarque, comme tous ceux jetés par les personnes qui ont la même stupidité philosophie qu’eux, et ils sont nombreux. En découvrir plus

Faire des économies de carburant : il faut être responsable

Mais les économies de carburants ne se limitent pas à conduire moins vite, loin de là. Bien d’autres comportements sont à adopter pour ne pas mettre trop souvent la main au portefeuille, et préserver l’environnement.

Voici quelques conseils tirés de mon livret de code, ressorti spécialement pour l’occasion !

Inutile de faire chauffer le moteur en hiver : il y a des décennies, on préconisait de le préchauffer quelques minutes avant de prendre la route, mais aujourd’hui, les huiles moteurs ont évoluées et ne nécessitent plus cette pratique. Roulez doucement les 5 premières minutes suffit à préserver votre moteur. En découvrir plus

Comment économiser de l’electricité avec son éclairage

Grâce à quelques gestes simples, il est possible de réduire son empreinte écologique ainsi que sa facture d’électricité, le tout pour un faible investissement. Qui n’a jamais oublié d’éteindre une pièce ? Cette petite négligence peut aisément être corrigée par l’installation d’un interrupteur va-et-vient ou d’un détecteur de présence, notamment très efficace dans les caves ou à l’extérieur car automatique.

Réduire son electricité

Autre conseil malin: remplacez vos ampoules incandescentes (ampoules à filament ou halogènes) par des ampoules économiques dites fluocompactes. Le saviez-vous ? Seulement 5 % de l’énergie consommée par les ampoules incandescentes servent réellement à éclairer quand 95 % sont utilisés sous forme de chaleur. Or avec les ampoules économiques, 40 % de l’énergie consommée sont utiles à l’éclairage. Certes plus coûteuse à l’achat, une ampoule fluocompacte dure 9 fois plus longtemps et revient finalement 3 fois moins chère qu’une ampoule à incandescence sur sa durée de vie. En découvrir plus